Accueil » L’Atelier

L’Atelier

L’Atelier DPJ est le seul en France à proposer un service de gravure sur bois aux artistes.

L’Atelier DPJ est né en 2013 autour de trois personnes : Jean-Marie Picard, maître-graveur sur bois, Bruno Jacomet, héritier du savoir-faire Jacomet qui allie la phototypie et le coloris au pochoir, et Jean-Claude Dugrip, grand amateur d’art.

L’Atelier DPJ, une aventure à trois

Jean Claude Dugrip Portrait 2
D Blanc

D pour Dugrip

Jean-Claude Dugrip est un enfant de Sète,
une ville qui a donné naissance à de nombreux artistes et qui en a attiré encore davantage.

Certains pensent que c’est grâce à sa position géographique exceptionnelle, à ses canaux,
à son climat, son ciel, sa lumière …
mais c’est surtout parce que les Sétois aiment
les artistes, les soutiennent et les vénèrent.

Jean-Claude Dugrip n’échappe pas
à cet engouement.

Il participe depuis longtemps à la vitalité culturelle de la ville et plus particulièrement
dans le domaine des arts plastiques.

Sa passion pour la gravure et la typographie,
puis sa rencontre avec Jean-Marie Picard
et Bruno Jacomet l’ont convaincu de partir
dans cette aventure à trois : la création
d’un atelier de gravure sur bois à Sète.

Il en est aujourd’hui l'animateur
et le coordinateur.

Jean Marie Picard Portrait 2
P Blanc

P pour Picard

Jean-Marie Picard est un maître exceptionnel
de la gravure sur bois.

C’est une vocation immédiatement passionnelle, dès ses débuts aux Beaux-Arts de Nîmes.
Il a depuis saisi des occasions rares
de se perfectionner auprès des plus grands
et a participé à des réalisations prestigieuses, notamment pour l’Atelier Jacomet. Bruno Jacomet est d'ailleurs l'une des trois personnes qui lui ont mis le pied à l'étrier, avec Thierry Bouchard et Daniel Dezeuze.
Aujourd’hui, avec plus de trente ans d’expérience, il domine toutes les étapes de la réalisation d’estampes, mais c’est avant tout la dextérité
et l’intelligence de ses mains
qui forcent l’admiration.

Sa maîtrise parfaite de la gouge alliée
à une grande sensibilité artistique produisent
un travail d’une extrême finesse et lui font gagner immédiatement la confiance des artistes ;
sûrs de son savoir-faire, ils mettent leur création entre ses mains en toute quiétude.

Il est devenu l’acteur essentiel d’un art populaire, narratif et accessible.

 « Graver et être gravé … il s’agit avant tout
d’une histoire de transmission, de partage,
de moments volés à l’obsolescence programmée et à l’immédiateté que nous impose
notre modernité. »
Jean-Marie Picard

Ok Bruno Jacomet Portrait 2
J Blanc

J comme Jacomet

Bruno Jacomet est le petit-fils de Daniel Jacomet, imprimeur d’art et inventeur d’un procédé alliant
la phototypie et le coloris au pochoir.

En 1910, Daniel avait pris la suite d’André Marty, éditeur entre autres de Toulouse-Lautrec.

Pendant 50 ans l’Atelier Jacomet a imprimé
les plus grands artistes de l’art moderne : Picasso, Braque, Miro, Chagall … Ses fils lui succèderont et c’est ainsi que formé par son père André et son oncle Pierre, Bruno est aujourd’hui l’héritier
d’une technique unique au monde qu’il maîtrise avec un grand savoir-faire.

Il a repris le célèbre atelier de Montrouge en 1986 et développe toujours l’estampe originale au pochoir.

Il a édité de nombreux artistes contemporains dont Olivier Debré, Hervé Di Rosa,
Gérard Garouste, Eduardo Arroyo, Jan Voss, Cabu, Wolinsky …

A l’atelier sétois,
il intervient auprès de Jean-Marie Picard
pour la réalisation d’estampes en couleurs.

Tous les trois sont convaincus que la gravure sur bois a de beaux jours devant elle.

Ils sont persuadés que dans ce monde de production rapide, aussi prolifique qu’éphémère, une voie reste ouverte pour un savoir-faire traditionnel et rare, lent, méticuleux, un outil d’exception au service de l’art d’aujourd’hui, libre et instinctif.

Ils sont partis ensemble dans cette aventure avec l'objectif de partager avec un public toujours plus large le plaisir de posséder une oeuvre d'artiste.

L’histoire de la création de l’atelier

Les premiers pas de l’atelier DPJ

Les premiers pas de l’atelier DPJ

En 2013, l’opportunité de la reprise
de l’imprimerie Clarenc, véritable institution sétoise, 
permettra de concrétiser leur projet.

Première estampe

Première estampe

Cette même année, la première estampe
de l’Atelier DPJ sortira de sa presse typographique :
pour les 150 ans de la Société nautique de Sète,
Jean-Marie Picard ré-interprète en gravure un tableau
du XVIIIe siècle signé Joseph Vernet
représentant le port de Sète et la ville

L’aventure est lancée

L’aventure est lancée

Pour ses premiers pas, l’atelier peut compter
sur la confiance de grands artistes sétois :
Hervé Di Rosa, Robert Combas,…

Le 1er Sétois

Le 1er Sétois

L’estampe En traversant le Pont d’Hervé Di Rosa,
sera la première réalisée avec un artiste,
un grand format imprimé en 3 couleurs sur
la centenaire et indestructible presse Miehle de 1911.
D’autres artistes locaux
rejoindront rapidement l’atelier.

L’ouverture à l’international

L’ouverture à l’international

L’attrait qu’exerce la ville de Sète sur les plasticiens
et le foisonnement de la vie culturelle sétoise
offrent de nombreuses opportunités de rencontres
avec des artistes d’origines et d’horizons très divers.
Dès 2013, la galerie s’ouvre à l’international
avec l’artiste philippin Manuel Ocampo,
alors commissaire de l’exposition présentée au Miam.
D’autres suivront comme Daisuke Ichiba,
Takashi Nemoto ou encore Curro Gonzalez…

L’ouverture de la galerie

L’ouverture de la galerie

Le 15 septembre 2018, une nouvelle opportunité
se présente à l’atelier : un espace attenant de 80m2,
avec ouverture sur la quai principal, se libère.
C’est le maillon qui manquait à la chaîne
de transmission d’une oeuvre d’art à un large public.

Sète-Los Angeles

Sète-Los Angeles

En octobre 2018, l’association Sète-Los Angeles
réunit 14 artistes sétois et 11 artistes angelenos.
Pour l’Association, l’Atelier DPJ réalise deux coffrets
comprenant une estampe de chaque artiste
participant au projet.

Exposition chez A+Architecture

Exposition chez A+Architecture

De décembre 2018 à février 2019,
le groupe montpelliérain A+Architecture
accueille l’atelier dans ses murs.

De nouvelles estampes sont présentées :
F/Gold modern icon one de Pierre Bendine-Boucar,
conçue avec un marquage à chaud à la feuille d’or réalisé par l’atelier Martial;
Les travailleurs célestes de Jean Denant, élaborée à partir du bois de l’établi de l’artiste;
Les oiseaux Kandinsky de Laurent Perbos,
inspirée de la Composition X de Kandinsky.

Première résidence

Première résidence

Matt Roussel, artiste graveur toulousain, est invité
en résidence à l’atelier. Pour l’occasion les règles du jeu
sont changées, c’est l’artiste lui-même qui dessine
et grave les bois, les tirages sont réalisés par l’atelier.
Trois gravures inspirées de l’atmosphère sétoise
dans un imaginaire propre à l’artiste sont éditées.

Et aujourd’hui…

Et aujourd’hui…

L’atelier DPJ est devenu un lieu de création artistique. L’adhésion régulière de nouveaux artistes, la fidélité des premiers édités, la fréquentation d’un public
de plus en plus large, prouvent que Dugrip, Picard
et Jacomet avaient raison de croire à la pérennité
de l’estampe et de la gravure sur bois.